Info ou intox autour du Botox ?

Le Botox est un dérivé de la toxine botulique de type A utilisé pour le traitement des pathologies comme la dystonie cervicale, le blépharospasme associé à la dystonie, le strabisme, le pied bot équin. Il est donc nécessaire de le distinguer d’un autre produit mis sous le marché, et qui sert dans le traitement médical des rides faciales et qui est le Botox cosmétique.

lifting-du-visage-et-du-front-botox-patient-4-1

L’intox de l’info

Malgré les supputations sur les risques d’innocuité de ces produits, aucune preuve jusqu’ici n’a été faire à ce sujet. Si certains sont réticents au Botox parce qu’il présente des risques de botulisme, dont quelques symptômes sont : la faiblesse/paralysie musculaire, la dysphagie, la dysarthrie, ou la dysphonie, il faut dire que d’autres continuent à l’utiliser pour leur rajeunissement et leur ravissement, et ne s’inquiètent même pas des graves conséquences possibles en cas de botulisme que sont : la dysphagie, la dépression respiratoire, une pneumonie par aspiration. Et s’ils ne craignent pas, c’est qu’évidemment, l’injection de Botox dans les soins de chirurgie ou de médecine esthétique n’a pas encore présenté un réel danger.

Indications esthétiques du Botox

Cette substance secrétée par une bactérie, le Clostridium Botulinum, aujourd’hui utilisée dans le domaine esthétique, la toxine botulique de type A, a d’abord permis à Brooks en 1950, de faciliter le relâchement d’un muscle hyperactif.

  • Le botox une solution aux rides du visage

Dans le domaine de la dermatologie esthétique, le Botox permet d’agir efficacement contre les différentes rides d’expression du visage à savoir : les rides glabellaires, frontales, périorbitaires, etc. ; il sert aussi à l’élévation des sourcils, il peut aider aussi à prévenir et à traiter les rides du nez, les rides du cou et les rides des lèvres.

En raison des contractions constantes du muscle procerus qui va de la glabelle jusqu’à la racine nasale, en abaissant la zone intersourcillère, il se forme des rides horizontales encore connues sous le nom de rides glabellaires ;  les rides verticales intersourcillères ou rides du Lion quant à elles, se forment par contraction du muscle Corrugator. Les rides horizontales du front se forment par contraction du muscle frontal alors que les rides de la patte d’oie ou rides périorbitaires sont causées par la contraction du muscle orbiculaire qui aide à la fermeture palpébrale. Les rides frontales sont causées notamment par les nombreuses contractions du muscle frontal.

  • Une solution aux déformations nasales

Le Botox tient une place importante dans la médecine esthétique, notamment la rhinoplastie médicale. Plutôt qu’une mini-rhinoplastie pour traiter les petites anomalies et déformations nasales, certains patients optent pour la rhinoplastie médicale avec injection de Botox. La toxine botulique ici permet de contrôler l’activité musculaire et de corriger les petites imperfections du nez.

Technique de traitement au Botox

L’injection du botox se fait en intra-musculaire ou en intradermique à l’aide des aiguilles stériles de calibre 30 ou même 32 jauges. La quantité d’unités de Botox utilisé dépend du muscle sur lequel on veut agir. Son effet est certes progressif, mais appréciable au bout de quelques jours. Etant un produit résorbable, son effet dure 5 ou 6 mois, et peut varier selon la quantité utilisée.

Complications 

L’allergie au produit ou une insatisfaction du résultat. Parmi les complications esthétiques, on peut citer : une asymétrie statique et expressive, sourcil arqué, descente palpébrale ou sourcilière. Si certains de ces cas peuvent nécessiter une retouche, d’autres par contre se résolvent par elles-mêmes en même temps que le produit se résorbe.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

17 + 14 =