Le beau violoniste du quartier

violent3Chérif le musicien est le beau-goss du quartier. Le fils d’une mère égyptienne et d’un père tunisien. Chérif combine beauté physique et don artistique. Ses grands yeux noirs, ses cheveux épais,  son nez parfait, sa silhouette bien sculptée et son extrême élégance ne passent jamais inaperçus. On disait qu’il avait une petite sœur. Moi, pourtant sa voisine, je n’ai jamais rencontré sa sœur.

La mère de Chérif se plaignait de recevoir des centaines d’appels téléphoniques par jour et d’accueillir chez elle beaucoup de filles venant le voir sous prétexte de vouloir faire des cours de musique. Au lycée de nombreuses adolescentes essayaient de se rapprocher de moi, rien que pour savoir un peu plus sur Chérif, sur ses copines et sur les histoires que raconte sa mère aux voisins.

Je me privais de tomber amoureuse de lui. La concurrence n’était pas facile. Un tel joyau était très difficile à garder. Il fallait avoir constamment une apparence physique irréprochable, subir des crises de jalousie, jouer le rôle d’un détective privé et cela ne me rassurait pas. Je me contentais donc, de me placer les soirs auprès de ma fenêtre pour écouter les superbes mélodies que dissipait dans l’air le violon de Chérif.

Les années passent. Je pars étudier en France. Puis, je reviens en Tunisie. J’ai beaucoup de temps libre. Je fais du footing le matin et parfois l’après-midi. Je fais  quotidiennement des courses. Je sors et je rentre des dizaines de fois par jour. Mais, je ne vois plus Chérif. J’ouvre ma fenêtre le soir en espérant entendre de la bonne musique et revivre des moments nostalgiques. Aucun son ne se propage dans l’air. On n’entend que les sifflements des cigales essayant de déchirer le silence d’une nuit chaude et très humide. Que se passe-t-il ? La star du quartier est-elle partie à l’étranger ?

La nouvelle vie du bel homme du quartier

Je pose alors la question à ma mère et elle me répond : Le père de Chérif est décédé l’année dernière. Chérif consacre la plupart de son temps à s’occuper de sa vieille mère et de sa sœur autiste L’affaiblissement de sa maman devenue malvoyante et l’handicap mental de sa sœur n’ont pas été très appréciés par les dames de compagnies qu’il a engagées. On volait même son premier violon et certains bijoux de sa mère.

Chérif, n’a plus de temps comme avant. Il ne donne plus de cours de musique chez lui et sort rarement le soir avec ses amies. Il fait les courses lui-même, prépare la bouffe, lave la vaisselle et prend sa sœur en promenade.

A ce jour, malgré son apparence physique toujours attrayante malgré les aléas de la vie, chérif ne trouve pas la partenaire idéale : une femme qui renonce à son job pour partager avec lui ses nouvelles responsabilités vis-à-vis de sa petite famille. Il continue sans cesse à donner de l’amour et de l’affection à ses deux chères aimées mère et sœur. Chérif jouit d’une beauté physique et d’une beauté intérieure…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

20 − onze =